Yoga : du corps au coeur

Bonjour à tous,

 c’est avec plaisir et un peu d’appréhension que je décide de reprendre mon blog, de le faire revivre en quelques sortes… Voici le texte d’une de mes conférences sur la méditation, dont la préparation m’a appris également beaucoup sur les origines de cette pratique de yoga, sa beauté, son retentissement positif sur la santé etc… Bonne lecture  et merci pour vos réactions éventuelle.

 

Yoga : du corps au cœur

 

Bonjour à tous et merci d’être venus nombreux pour partager cette journée que nous pouvons qualifier, sans exagération, d’historique. De quoi s’agit-il et pourquoi est-elle « historique » ? Vous connaissez la réponse mais je voudrais que nous en prenions toute la dimension tant au niveau humain que spirituel : il s’agit donc de la 1ère journée internationale du Yoga de l’ONU, instaurée sur l’initiative du gouvernement indien fin 2014. Ce n’est que cela, et c’est beaucoup ! Comme nous le verrons, yoga signifie entre autre « Union », cette journée est donc consacrée, con-sacrée, sacrée par nous tous, ensemble, à ce qui fait de nous tous une unité. Nous développerons. Cette belle idée suffit à m’enthousiasmer au-delà de ce qui peut être décrit par les mots et j’espère vous communiquer un peu de ce sentiment si fort.

Certains ont dénoncé à l’encontre du gouvernement indien, lorsqu’il a formé un Ministère du Yoga et de l’Ayurvéda, une manœuvre politicienne des forces conservatrices et même réactionnaires face à la montée de l’Islam en Inde. L’on entend ici et là des arguments tels que «  Que penseriez-vous si le gouvernement français instaurait un Ministère de l’Eglise catholique, si la séparation de l’état et du religieux était ainsi abolie ? » Pour nous, l’argument n’est pas recevable puisque le Yoga, la Méditation, ne sont pas une religion, l’idée-même de Dieu, ni les rituels lithurgiques ne leur étant pas obligatoirement liés, même si les pratiques de yoga ont été largement reprises par les institutions cultuelles.

En tout état de cause, quelques qu’aient été les motivations du gouvernement indien, cette initiative nous semble particulièrement propice au progrès de nos conscience et de la paix dans le monde, voilà pourquoi elle nous enthousiasme autant.

Pardonnez-moi pour ce long préambule mais il me paraissait nécessaire pour dissiper toute ambigüité.

 

Définition

Le yoga (sanskrit : « union, joug ») est l’une des six écoles orthodoxes de la philosophie indienne. Il est devenu, particulièrement en Occident, une discipline visant, par les exercices corporels, la concentration et la méditation à réaliser l’unification de l’être humain dans ses aspects physique, psychique et spirituel[].

Il n’existe pas de date attestée pour les origines de la conception du yoga. C’est entre le IIe siècle av. J.-C. et le Ve siècle que Patañjali codifie la philosophie du yoga en rédigeant les Yoga Sūtra, texte de référence et synthèse de toutes les théories existantes.

Les quatre voies (mārga) traditionnelles majeures de yoga sont le jnana-yoga, bhakti-yoga, karma-yoga et raja-yoga.

Le terme yoga est communément utilisé aujourd’hui pour désigner le hatha-yoga, même si cette discipline n’en est qu’une branche.

Histoire

Antiquité

Vers le XVIIe siècle av. J.-C., les Aryens (peuples d’origine incertaine indo-européenne) envahissent le Penjab[], ils amènent avec eux leur religion codifiée dans les Veda, racine de l’Hindouisme auquel se rattache le yoga. Ils imposent leur langue, le sanskrit. Vers les IVe siècle av. J.-C. les Yoga Sūtra sont rédigés, ils deviendront les textes de référence du yoga.

Période contemporaine

Au début du XXe siècle le yoga réapparaît en même temps que le regain d’intérêt pour les spiritualités orientales. En 1924, Sri Krishnamacharia fonde une école de yoga qui va modéliser le hatha-yoga tel qu’il est connu en Occident.

En décembre 2014, l’Assemblée générale des Nations unies adopte une résolution initiée par le Premier ministre indien Narendra Modi invitant les pays membres à soutenir l’idée d’une Journée internationale du yoga , le 21 juin, afin de « faire connaître les bienfaits de la pratique du yoga ». Le mois précédent Modi crée un Ministère du yoga en Inde (dont les prérogatives s’étendent aussi aux médecines traditionnelles indiennes telles l’ayurveda, mais incluant aussi l’homéopathie et la naturopathie).

Approche littéraire

   Parmi les écrits fondateurs il convient de citer les yoga sūtra attribués à Patanjali. Qui est Patañjali ?

Comme la rédaction des textes semble s’échelonner sur plusieurs siècles (du IIe av. J.C. au IVe siècle) et ne présente pas une unité de style, la critique textuelle moderne considère généralement que Patañjali est le nom d’auteurs différents ; certains parlent d’une lignée de 14 Patañjali.

Yoga sūtra

Cette suite de 195 aphorismes ( = énoncé autosuffisant, sentence concise ) traitent de l’univers intérieur de l’homme et des moyens à mettre en œuvre pour se libérer de la confusion, entraînant la souffrance. Les Yoga Sūtra codifient la pratique du yoga en quatre chapitres :

  • Chapitre I, De l’unification :

Il définit tout de suite l’objectif du yoga. [. ]Il s’agit d’une cessation de l’agitation du mental qui stimule la souffrance et la confusion de l’égo, pris à tord pour le grand Soi. Puis il indique les obstacles et les moyens pour les vaincre.

  • Chapitre II, Du cheminement :

Ce chapitre expose les causes de la souffrance et propose la discrimination comme moyen d’en sortir. Pour développer la discrimination, l’observance simultanée des « huit  directions »  qui constituent les fondements de la pratique du yoga.

1- pratiquer les devoirs moraux élémentaires envers les autres comme envers soi-même.

2- se discipliner et se mesurer dans la pratique quotidienne.

3-se tenir tranquille de façon stable

4-devenir conscient de la respiration.

5- savoir séparer la perception sensorielle de l’objet perçu.

Ces cinq directions constituent les bases du hatha-yoga.

  • Chapitre III, Des pouvoirs :

Description des trois dernières directions:

6- concentration, garder l’esprit concentré, fixé sur un point.

7- méditation profonde ( voir plus loin )

8- contemplation profonde, percevoir les objets et événements hors de toute projection personnelle.

Puis ce chapitre évoque l’accès aux pouvoirs merveilleux, mais avertit que la quête de ces pouvoirs peut devenir une entrave.

  • Chapitre IV, De l’émancipation :

Exposé de la dualité vers l’unité. C’est une reprise approfondie de tous les thèmes déjà exposés vers le détachement ultime qui mène à la liberté.

Approche philosophique

« Celui qui demeure dans le champ de l’ignorance (l’ignorance est ici comprise non comme un manque, un défaut, mais bel et bien comme un champ de conscience ), est victime des cinq obstacles que sont :

  • l’ignorance,
  • l’ego,
  • l’attachement tout autant matériel qu’à ses propres idées,
  • la répulsion
  • la peur de la mort.

L’homme souffre parce qu’il recherche constamment la source de son bonheur en dehors de lui-même et cette poursuite se fait au prix d’une agitation mentale qui se traduit par le stress et le mal de vivre. Dans ce contexte, le yoga propose une pratique physique reliée à une connaissance précise des rouages et résistances psychiques, pour aboutir à une union corps et esprit où se révèle une sérénité naturelle, caractérisée par une liberté intérieure affranchie (à son stade final) de tout asservissement aux conditionnements.

Le but du yoga selon la conception occidentale est la quête d’une harmonie. Cette harmonie s’inscrit dans l’instant présent, et est potentiellement accessible à tout être humain. « Au cœur du yoga il y a un message important : tout être humain est naturellement équilibré et entier car le Soi ne peut être ni détruit ni endommagé ». C’est là notre nature inhérente, et le yoga est la voie vers une plus grande conscience de cette entité intérieure, le Soi. Le yoga est une philosophie sans exclusive, toutes les convictions, mêmes religieuses ou humanistes, peuvent y trouver leur compte. Pour autant, le yoga n’est pas une religion. Le yoga proposant l’union, les choix religieux ou non sont respectés. L’essentiel étant la cessation des perturbations du mental, cela induit : le respect d’autrui, la paix et la non-violence.

Il nous semble ici nécessaire d’apporter quelques précisions sur le concept d’Union. Pour le yogi, tout est continuité. Il n’y a pas de séparation entre le Je et le non-Je. Il y a seulement le Je suis, qui signifie Je suis le Tout. Le yoga vise à rétablir cette conscience dans notre vie. Nous allons faire un petit exercice : regardez-vous d’abord les uns les autres, puis fermez les yeux, respirez. Sentez l’air entrer et sortir de vos voies respiratoires. Maintenant réalisez que cet air qui vous pénètre a été déjà inhalé par vos voisins, que c’est le même air, qu’il est fait de molécules volatiles que notre corps transforme à son tour pour les intégrer à notre métabolisme. Où est la séparation ? Où Je se termine, où non-Je commence ? Nous sommes Un ! J’espère vous avoir fait entrevoir la réalité de l’Unité. Le yoga est un travail vers l’Unité.

 

 

Les voies du yoga

. Nous allons évoquer quatre voies traditionnelles majeures. Au sein d’une même voie, il peut exister des courants différents. Cette diversité n’est pas un signe de faiblesse ou de dissension, mais plutôt une réponse à l’extrême diversité des attentes de chacun. En effet, Le yoga n’est pas une pratique élitiste et s’adapte à chaque pratiquant. Dénué de tout esprit de compétition ni d’objectif à atteindre, n’importe qui peut s’y adonner (quel que soit l’âge, la religion, l’état de santé etc…)[

Il est possible de les suivre, assemblés ou séparément :

  • Le jnana yoga, dont le but est d’atteindre la connaissance transcendante.
  • Le bhakti yoga, yoga de dévotion.
  • Le karma yoga, yoga de service et d’action désintéressée.
  • Le rāja yoga, yoga de la méditation. Il est également considéré comme le yoga « intégral » ou « royal ». La purification et la transformation issues des yogas techniques préparent ainsi à la méditation profonde.

Plusieurs courants de yoga intègrent les principes et les pratiques de ces quatre yogas traditionnels. Nous citeront rapidement le mantra-yoga, le tantra-yoga et le yoga nidra, avant de réserver une place particulière au hatha-yoga.

Mantra-yoga

Le mantra est un objet ou un support de méditation. Le mantra est soit une formule sacrée d’invocation soit une série de syllabes assemblées en fonction de leur seule efficience magique intrinsèque, répétée de nombreuses fois suivant un certain rythme. Le but de sa pratique peut être un bienfait matériel ou spirituel. Le récitant s’accompagne souvent d’une sorte de chapelet comportant 108 grains ( voir diapo ).

Tantra-yoga

Le tantra yoga s’exprime au travers de deux religions : le bouddhisme tantrique (Tibet, Bhoutan, Népal, et Japon) et l’hindouisme tantrique (principalement au Nord de l’Inde).

Yoga nidrā

Yoga nidrā signifie « sommeil yogique ». On peut le considérer comme étant un sommeil lucide. Ce yoga est essentiellement basé sur la relaxation telle que reprise en Occident dans la sophrologie et []l’hypnose éricksonienne. Le Yoga nidrâ permet d’élargir sa conscience et de développer ses potentialités latentes en cultivant des zones de notre cerveau généralement en friche.

Haṭha-yoga

Pour une majorité d’occidentaux, le yoga se résume au haṭha-yoga. Pourtant, non seulement ce n’est pas la seule forme de yoga, mais même, la forme proposée en Occident est très éloignée de ce qu’est réellement le hatha-yoga traditionnel. En effet, le haṭha-yoga, traditionnellement, n’est pas une forme de gymnastique douce mais une voie spirituelle à part entière, qui plus est une voie abrupte et dangereuse réservée à une élite d’individus prêts à brûler les étapes de la réalisation.

Le terme « haṭha » signifie vigueur. D’un point de vue technique, le haṭha-yoga est une discipline d’harmonisation et de développement des facultés psychologiques ( telle la concentration ) et corporelles (puissance et souplesse) poussés à leur perfection. Il est une forme plus tardive de Yoga élaborée vers le XIIe siècle, et recherchant la perfection corporelle comme moyen d’accès à la libération spirituelle.

Il faut faire ici une parenthèse : hatha-yoga et corps. Le corps n’est pas une entité purement physique au sens matériel occidental. La méditation, la concentration sont elles aussi des activités du corps. La spiritualité est une recherche intrinsèquement liée au corps. Pour ceux qui sont ici déjà engagés dans discipline spirituelle, pouvez-vous dire que les sensations ressenties pendant vos méditations, même si elles sont du domaine du subtil, ne sont pas des sensations corporelles ? Exit donc cette séparation corps-esprit ? Le yoga, la méditation sont un travail du corps, un effort vers la sacralisation en conscience du corps qui induit un déploiement de la conscience dans l’Unité. Cette notion intégrée, chaque par partie est le grand Tout. Le corps devient l’Univers, l’univers est contenu dans le corps. On peut le formuler autrement : le corps devient le cœur, le cœur devient le corps.

.

Le hata-yoga en Occident et à travers le monde

–         En Orient :

Les pratiques de Hatha-yoga non hindouiste se retrouvent largement dans les traditions boudhistes japonaise, tibétaine et même dans l’Egypte antique.

–         Elles ont trouvé au 20ème siècle un large écho dans la civilisation occidentale :

 

En 2014, le yoga représente un marché 225 millards de dollars !

Ce succès est dû au fait que, contrairement aux yoga sūtra, en « huit degrés » ,le texte référent du haṭha-yoga est de nature pratique et fait une large place aux postures (āsana) et au contrôle du souffle (prāṇayāma )

/ En France :

la première école de haṭha-yoga fut fondée en 1945, à Paris, par le professeur de philosophie et journaliste Félix Guyot qui écrivit, sous le pseudonyme de Constant Kerneïz, de nombreux ouvrages concernant l’hindouisme et le yoga.

/ Aux Etats Unis :

Selon l’auteur Philip Goldberg, « Personne n’a davantage contribué à l’essor du yoga moderne que Swami Satchidananda, qui a commencé la formation des enseignants américains dans les années 1970.

En 2005, aux États-Unis, il est estimé que 30 millions d’américains pratiquent aujourd’hui le Haṭha-yoga. Les américains dépenseraient environ 3 milliards de dollars par an dans des cours de yoga qui est très populaire parmi les stars d’Hollywood. Oprah l’apprécie beaucoup, tout comme Madonna, Sarah Jessica Parker, Jennifer Aniston, Cameron Diaz, Gwenyeth Paltrow, Jane Fonda, Tina Turner, et Angelina Jolie.

Afin de tenter d’arrêter des tentatives de certains enseignants oportunistes de demandes de droits de copyright sur la pratique de certains postures de yoga (ou asanas), comme c’est déjà le cas aux États-Unis pour plus de 200 asanas, l’Inde a achevé une documentation décrivant 1300 asanas qui sera transférée à la « Bibliothèque numérique des savoirs traditionnels » qui rendra publiques ces connaissances ancestrales

En 2013, pour la Maison-Blanche, « Le Yoga est devenu un langage universel de l’exercice spirituel aux États-Unis, franchissant de nombreuses lignes religieuses et culturelles », … « Chaque jour, des millions de personnes pratiquent le yoga pour améliorer leur santé et leur bien-être général. C’est pourquoi nous encourageons tout le monde à participer à la PALA (Presidential Award Active Lifestyle), et ainsi montrer votre soutien pour le yoga. », ceci au moment ou certaines écoles chrétiennes en Amérique s’opposent à cette ancienne pratique indienne, disant qu’elle promeut l’hindouisme dans les écoles et qu’un procès est en cours en Californie. Le juge John Meyer a donné son verdict : « Le yoga ne favorise pas l’hindouisme dans les écoles de Californie » ; c’est un « phénomène culturel typiquement américain ».

/ En Russie :

Alors qu’il était interdit en Union soviétique et qualifié de gadget transcendantal favorisant la pensée individualiste, en 2010, le yoga et la méditation connaissent un véritable boom à Moscou et le Président Medvedev se considérait comme « le premier yogi de l’État ».

En 2014, à l’occasion du 15ème sommet annuel Inde-Russie, le Président Poutine et le Premier ministre indien Modi signent des accords cruciaux ; leur déclaration conjointe inclut que l’Inde et la Russie encourageront leur coopération afin de promouvoir la santé et la remise en forme à travers les méthodes traditionnelles indiennes du Yoga et de l’Ayurveda, y compris à travers des centres et des camps de Yoga et des centres ayurvédiques.

Les pratiques du Yoga

En Occident, la grande majorité des séances de yoga s’articule autour

  • des postures,
  • de la respiration,
  • de la relaxation
  • et de la méditation.

Les postures ont un impact :

  • En termes d’étirement, ce qui favorise un assouplissement musculaire et soulage les douleurs issues des tensions.
  • En termes de massage des organes internes, par compression et décompression successives
  • En termes de concentration et d’une certaine connaissance de soi, pour pouvoir contracter les muscles nécessaires à l’architecture de la posture ou au contraire détendre ceux qui s’y opposent.

La respiration

Les quatre phases de base de la respiration sont explorées : l’inspiration, la rétention poumons pleins, l’expiration et la rétention poumons vides.

Ces techniques de prāṇayāma permettraient le développement de la concentration en diminuant la dispersion mentale. Elles favoriseraient aussi l’aptitude à supporter les stress par la prise de conscience du rythme irrégulier de la respiration, pour la ramener vers un rythme plus lent.

.

La relaxation

On pourrait dire de la relaxation que c’est un Samādhi mineur ou un entraînement à la méditation. Cette phase, qui conclut généralement la séance, s’accomplit en position assise ou allongée, et vise l’éclosion d’un sentiment de paix. Elle s’accompagne d’une respiration lente et profonde, de suggestions, ou de sons très doux.

La relaxation prépare à la méditation.

La méditation

La pratique régulière des āsana et du prānāyāma déployée dans une ambiance tranquille et sans compétition, conduit à un moment de silence, d’arrêt des perturbations du mental. À un niveau intermédiaire, le pratiquant persévérant commence une connaissance de soi où progressivement vont apparaître les habitudes qui entretenaient des pensées ou des attitudes négatives. À un niveau de pratique très poussé, l’illusion des projections et identifications personnelles disparait, permettant au Soi de se révéler dans sa véritable nature.

Mais la méditation se théorise difficilement, elle appartient au domaine de l’ineffable, de l’inénarrable et les mots trahissent toujours l’expérience. Car il s’agit bien de cela : une expérience plus qu’un concept.

IL existe plusieurs formes de méditations, reprises par maints mouvements « New Age », de la Méditation Transcendantale, à la méditation Zen, en passant par la très en vogue Mindfulness, ou méditation de Pleine Conscience… le choix peut paraître embarrassant, d’autant que ces pratiques sont parfois reprises par des mouvements dits sectaires ou carrément commerciaux. Un des critères devant guider le choix de l’aspirant, me semble être la gratuité de la pratique et de l’enseignement, sans laquelle nous serions bien loin de la vocation première de la méditation, à savoir l’ouverture de la conscience, du cœur.

Ceci nous amène naturellement à la méditation Heartfulness, ou méditation de la plénitude du coeur. Permettez-moi de la présenter succinctement avant de vous proposer d’en faire l’expérience par vous-même.

 

Une pratique simple de la méditation : Heartfulness

 

   IL s’agit, vous l’avez compris, de la méditation que je pratique, en même temps que plusieurs centaines de milliers d’aspirants dans le monde.

Son enseignement est dispensé gratuitement dans le monde entier.

Heartfulness, autrefois appelée Sahaj Marg ou voie simple, voie naturelle, est le fruit de la volonté de son fondateur Shri Ram Chandra de Fategarh, dit Lalaji ( 1873-1931 ) de réactualiser une pratique millénaire de méditation fondée sur la transmission d’énergie spirituelle ou Pranahutti. C’est dans les très anciens védas, qui sont les écritures religieuses de l’Inde antique, que l’on retrouve cette pratique longtemps passée dans l’oubli. A la suite de Lalaji, deux guides se sont succédés : Ram Chandra de Shahjahanpur, dit Babuji ( 1899-1983 ) et Partasarathi Rajagopalachari, décédé il y a quelques mois.

La méthode s’articule en quatre pratiques : La méditation du matin, le cleaning du soir, la prière-méditation de 21 h et la prière du coucher. Voici très brièvement de quoi il s’agit  :

  • La méditation du matin se fait de préférence dès le réveil, et consiste à s’assoir dans une position confortable, yeux clos et à émettre l’idée que nous recevons l’énergie divine dans la région de notre cœur. Les idées parasites qui ne manquent pas de se présenter doivent être considérées comme des «  hôtes indésirables ».
  • Le cleaning du soir, vers 19 heures, consiste, toujours dans la même position, à imaginer que les impressions de la journée sortent de notre corps, comme une vapeur dans le dos.
  • La prière-méditation de 21 heures est une courte méditation de quelques minutes où le pratiquant émet l’idée que la grâce et l’amour divin se répandent de plus en plus dans le cœur des hommes.
  • La prière du coucher est une prière de 4 lignes qui permet de s’endormir dans le souvenir du divin.

Je ne m’étendrai pas sur ces pratiques qui demanderaient à elles seules de longs développements, et préfère vous livrer mon expérience personnelle. J’ai rencontré la Heartfulness, voie simple, voie naturelle, voilà 35 ans déjà et ce fut une véritable révélation pour moi : cette pratique a correspondu d’emblée et en tout point à ce à quoi j’aspirais au niveau spirituel : pas de rituel, un guide attentif qui distribue son amour à qui veut bien le recevoir, une pratique simple, ouverte et accessible à tous, ne demandant pas de capacités physiques ou intellectuelles particulières.

La Heartfulness n’exige rien, elle propose. Elle est un chemin de Lumière que seule l’expérience peut révéler sous nos pas. Pour moi, cette pratique a été la cause des plus grandes joies de ma vie, des plus beaux moments de plénitude, des moments en somme où je me suis senti le plus «  vivant ». Car c’est ainsi que l’on peut résumer cette méditation : elle est ce qui nous relie le plus directement à la source de la vie, à l’amour.

Je forme ici de tout mon cœur les vœux pour que cette noble voie éclaire longtemps et de plus en plus l’existence des hommes.

Conclusion

 

J’espère de tout cœur que cet exposé aura permis aux pratiquants confirmés de l’auditoire de mieux comprendre d’où est née leur pratique ; à ceux qui sont venus pour s’informer, qu’il aura su attiser leur curiosité et susciter en eux le désir d’expérimenter le yoga.

Pour moi, le yoga en général et la méditation en particulier, est une pratique naturelle, comme de se nourrir, de penser ou de dormir, que chacun de nous devrait intégrer dans sa vie, à son rythme, selon sa motivation. Les voies sont multiples, chacun peut trouver celle qui lui convient, qu’il soit athée, agnostique, croyant ou même religieux. L’engouement actuel ne doit pas cependant faire perdre de vue la noblesse et la pureté de cette pratique et ceux qui veulent la marchandiser s’exposent à de graves désillusions de la part des aspirants qu’ils auront tenté de convaincre. Si le yoga est une pratique individuelle, sa vocation et son pouvoir sont ceux du Lien : il nous relie à l’autre, abolit la séparation. Mais ce n’est qu’animé d’un esprit tout à fait sincère que l’on peut en recueillir les fruits. Cette pratique ne vous évitera pas toutes les épreuves de la vie, mais elle vous aidera grandement à les surmonter, à les vivre le cœur et l’esprit plus légers et mettra en vous les ressources positives pour les dépasser. Quant aux joies, elles seront sans doute goûtées plus sereinement.

logo-cormoran02

.

 

Un commentaire sur « Yoga : du corps au coeur »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s