La mémoire de l’eau : l’expérience qui  » décoiffe » !

La mémoire de l’eau 

les Professeurs Benveniste et Montagnier

Je n’ai pu résister à la tentation de vous exposer cette expérience tout à fait significative de la tendance actuelle des chercheurs scientifiques à explorer le domaine du subtil, de l’infinitésimal, de l’imperceptible. Attention : cette expérience sera sans aucun doute l’une des plus importantes avancées de ce début de siècle, elle bouleverse complètement les dictats de la science moderne. A vous d’en juger !

Pour cela, je veux vous présenter deux grandes figures françaises de la recherche scientifique : Le professeur Benveniste et le Professeur Montagnier.

    • Jacques Benveniste, immunologiste à l’ INSERM, avait été fort décrié et ses travaux sur la mémoire de l’eau ont été accusés de supercherie par l’ensemble de la communauté scientifique dans les années 90. Nous verrons comment, quelques années plus tard, on commence à réaliser que son article paru dans Nature aurait légitimé au contraire l’attribution d’un Prix Nobel. Benveniste a continué tant bien que mal son travail malgré l’humiliation ressentie, probablement responsable de sa mort prématurée en 2004.
    • Le Professeur Luc Montagnier , grâce à ses travaux sur le virus du SIDA, l’a obtenu, lui, le Nobel de Chimie en 2008. Cette garantie lui a permis de reprendre les expériences «  sulfureuses » de Benveniste, de les compléter et d’en tirer des perspectives tout à fait étonnantes, pour ne pas dire époustouflantes. Voici : 

Un tube contenant de l’ADN de malade porteur du virus VIH est soumis à un détecteur de champs électromagnétique. Le champ émis par la molécule d’ADN est enregistré et converti en signal numérique sur un ordinateur.

Puis la solution est diluée et dynamisée, c’est-à-dire qu’on l’agite énergiquement quelques secondes à la manière des préparations homéopathiques, jusqu’à obtenir des dilutions infinitésimales.

1ère grande découverte : le champ enregistré a les mêmes caractéristiques que celui de la solution de départ !

Le fichier numérique est envoyé via internet en Italie, et « re-matérialisé », c’est-à-dire qu’il reprend le chemin inverse : son signal numérique est transformé en véritable champ électromagnétique.

On irradie avec ce champ une éprouvette contenant de l’eau pure pendant une heure afin qu’elle s’en imprègne.

On ajoute ensuite les constituants de base de tout ADN, appelés nucléotides. Un bref rappel de ce qu’est l’ADN  : c’est une sorte d’échelle torsadée dont les barreaux sont constitués de protéines, les nucléotides, agencés selon une séquence qui est spécifique à chaque individu vivant, qu’il soit végétal ou animal. L’ADN est porteur de nos gênes et représente en quelque sorte notre carte d’identité propre. Dans le tube d’eau « magnétisée », on inclut donc ces nucléotides en vrac, plus une enzyme la polymérase, capable d’agencer en ordre les nucléotides ( procédé appelé PCR, utilisé par la police scientifique ). Voici donc l’incroyable évènement : alors que dans un tube d’eau non magnétisée rien ne se passerait, dans celui qui a reçu l’information électromagnétique pendant une heure, la polymérase reconstitue une échelle d’ADN !! Le champ électromagnétique a permis de synthétiser une molécule d’ADN à partir des matériaux de base, il avait en lui la «  recette » nécessaire à cette « cuisine ».

L’ADN est alors analysé et vous l’avez compris : il est en tout point identique à l’ADN original du virus VIH du laboratoire français. C’est comme si l’on avait fait une photocopie sans disposer d’original !!

Hypothèse avancée par le Professeur Montagnier et son équipe : les molécules d’eau se sont organisées en « bulles », appelées domaines de cohérence, qui ont en quelque sorte piégé le champ électromagnétique originel. La solution a donc gardé en son sein une information, une mémoire, de ce champ de départ et a pu le restituer intact, ce qui a permis de faire renaître l’ADN responsable au départ de ce champ spécifique.

L’expérience ouvre, vous vous en doutez, d’immenses perspectives théoriques et pratiques dans le domaine de la pharmacologie et donc de la thérapeutique. Elle ouvre aussi bien sûr un champ d’une autre nature : le champ de la guerre que ne manqueront pas de livrer les lobbies en place.

La science est ainsi faite qu’au lieu de nous donner des réponses, au fur et à mesure qu’elle avance, elle nous expose à un nombre encore plus grand de questions.

Voici donc le professeur Benveniste réhabilité et je tenais à lui rendre un hommage affectueux qui montre comment la science est entrée dorénavant dans une nouvelle ère : celle de l’infinitésimal et du subliminal, donc très proche du domaine subtil de la spiritualité.

logo-cormoran02

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s