Higgs, Dieu et la méditation

 

Higgs, Dieu et la Méditation

 

Ce matin-là, nous étions, mon ami Higgs et moi, assis au bout de la plage, à regarder la mer, tout occupée à dérouler ses vagues. Comme un fait exprès, ce jour-là, elle nous faisait particulièrement du charme : ses turquoises étaient plus scintillants, son écume plus neigeuse, et plus doux son ressac. Nous parlions peu, comme noyés dans la lumière de l’air. Et au bout d’un long moment :

–         Tu vois, le plus extraordinaire peut-être est que nous soyons sensibles à cette beauté, car le monde n’est ni beau ni laid, nous le trouvons beau ou laid, c’est selon…

–         Selon quoi, Higgs ?

–         Selon la perception de notre monde intérieur. L’extérieur n’est que le reflet de l’intérieur.

Et il sourit. Mon ami Higgs a le sourire farceur, et quand il sourit de cette manière, je sais que j’en ai pour un petit moment : il va m’expliquer quelque chose de fondamental, et d’ailleurs, assez souvent, je ne comprends pas bien. Il faut dire qu’il est un grand physicien, reconnu  et respecté par la communauté scientifique la plus autorisée… alors, moi, à côté… ! Mais cette fois-ci, je ne sais si c’est la mer, la lumière, toute cette paix autour de nous, je décide de bien écouter et de comprendre. Voilà, je le savais, il commence :

Higgs avait trouvé un boson !

En fait, il avait peut-être trouvé Dieu ! Cela commençait mal, et je craignais le pire, mais je m’accrochais.

–         Ne t’énerve pas, je vais t’expliquer. Nous sommes constitués de matière, l’Univers est constitué de matière. La matière est constituée de particules : les molécules, faites d’atomes, les atomes faits de particules plus petites telles les électrons, les protons, les neutrons, les positions, et à l’intérieur encore des quarks, des spins, des antispins… non, là je me laisse aller ! Brefs des particules. J’ai trouvé, parce que je suis un grand physicien ( il est comme ça mon Higgs, pas modeste, mais rempli de doute ) que ces particules sont baignées dans un champ d’énergie, on l’appelera « le champs de Higgs » ( pas modeste, je le savais !). Et ces particules, à l’origine,  bougaient plus ou moins vite et leurs interactions avec ce champ d’énergie, lui-même fait de particules d’énergie, les bosons,  les affecte grandement : elles sont ralenties, comme capturées par l’énergie du champ. C’est comme si elles étaient « engluées » dans ce champ, et plus leur vitesse d’origine est faible, plus intense est l’interférence avec le champ… en fait, c’est là et là seulement qu’elles prennent une masse, comme si elles s’alourdissaient en diminuant de vitesse… tu saisis ? (Je ne réponds pas, je me concentre, je ne veux pas perdre le fil). Par contre les photons, eux, aussi rapides que la lumière, vont tellement vite qu’ils ne sont même pas ralentis par le petit peuple de mes bosons, c’est comme s’ils glissaient, indifférents au piège énergétique du champ ( je pense : ils sont trop forts, les photons !).

–         Et alors ?

–         Et alors, tu as compris que c’est cette interaction entre les particules de matière et ce champ qui les baigne qui est à l’origine de toute la structure de la matière. C’est ce champ qui décide comment les électrons des atomes vont s’associer pour former des molécules, combien ces molécules de matière pèseront, combien ton corps ou le mien pèsera, comment et pourquoi  la Lune aura envie de nous tourner autour, et nous de tourner autour du Soleil… tout quoi !

–         Mais alors ce champ, il est partout ? même entre les grains de sable sous nos pieds, même dans l’eau de la mer, même dans mon téléphone portable ( je viens d’acheter le dernier modèle : une merveille !) ?

–         Partout, je te dis, dedans, dehors, partout. Et c’est lui qui décide : c’est peut-être bien Dieu.

Il est extraordinaire mon ami Higgs, et moi, j’ai faim et j’ai besoin d’un bon café. Tandis que nous le buvons je me demande d’ailleurs si mon café, lui aussi, est tout plein de petits bosons collants, et instinctivement je me dis qu’en mettant moins de sucre, peut-être…

Bon, on se sépare, je rentre chez moi, m’installe et commence ma méditation du cœur. Alors, là, pendant la méditation, alors que j’ai plongé profondément dans mon cœur, que je me sens si bien, si calme, si vaste, si léger, hors limites, je me dis que je suis bien peut-être en train de savourer le champ de Higgs, d’en goûter le nectar, la perfection, et, que oui, peut-être bien que mon ami a trouvé Dieu !

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s