Les petits hasards

 Les petits hasards

 

« Allo ! Ah, je pensais justement à toi ! »

Qui n’a pas vécu ce genre de situation, au téléphone, au coin de la rue, au cinéma ou en voyage loin de chez soi ? Et pour qui l’expérience n’a pas été au moins une source d’interrogation, sinon un petit  moment de déstabilisation, un « entre-deux » durant lequel, l’espace d’un instant, on est obligé de se demander si la vie se résume à ce que nos sens veulent bien nous refléter ?

Ensuite, nous reprenons le cours de notre conversation, de nos occupations, et faisons mine d’oublier l’étrangeté de  cette  occurrence. Mais quelque chose en nous est modifié, et, si l’on prête attention et qu’on se veut rigoureux, on a le choix de prendre un des deux partis :

–         soit de ranger la conjoncture parmi les purs hasards,

–         soit d’en conclure à un niveau de détermination dans la nature qui nous échappe et qui nous rend encore plus humbles

… plus humbles et peut-être bien émerveillés !

Qu’est ce qui a fait que, à tel moment, mes pensées ont été guidées vers telle personne, et qu’en même temps nos deux mouvements nous ont mis en présence ? Et si la vie n’était qu’une suite logique de rencontres, de paroles, de lectures, d’aventures menée adroitement d’un ailleurs qui échappe à la limite de nos cinq sens ? Si la vie n’était qu’une écologie rondement menée où rien ne se perd, tout a vocation, tout va vers un but ? Et quel but ?

Si les questions ne manquent pas, à condition d’être honnête, les réponses seront immanquablement partielles et caduques.

La volonté abdique, on accueille, on s’abandonne… et on s’émerveille !

Une réalité s’offre à  nous et en même temps une seconde réalité s’expose à notre conscience, source de la première, mystérieuse et positive.

Thomas d’Aquin, en parlant du merveilleux,  ne disait rien d’autre au 13ème siècle : « Nous nous émerveillons  quand nous voyons un effet sans en connaître la cause. Et puisque la même cause est à la fois connue à certains et inconnue à d’autres, il arrive que, de plusieurs qui voient un effet, certains s’émerveillent et certains ne s’émerveillent pas. . . . En conséquence, une chose est absolument merveilleuse lorsque la cause est absolument cachée. »

Un déterminisme nous échappe et nous sentons qu’il participe de notre évolution,  que  mieux l’accepter nous met sur la voie de mieux l’embrasser.

Quelque chose en nous s’ouvre,  dans nos sens, mais aussi au-delà d’eux, dans le secret de notre être profond. L’expérience nous raccroche à un sentiment de beauté et, si elle peut être vertige, il est doux et rassurant. Lumineux. Car c’est bien de cela que nous parlons : ces petits évènements insolites et merveilleux nous raccordent à la part lumineuse de notre être, celle qui est notre guidance et notre Maître intérieur.

Bergson nous le précise dans son ouvrage « Le rire » lorsqu’il part de l’art : « L’art n’est sûrement qu’une vision plus directe de la réalité. Mais cette pureté de perception implique (…) une certaine immatérialité de vie, qui est ce qu’on a toujours appelé de l’idéalisme. De sorte qu’on pourrait dire que le réalisme est dans l’œuvre quand l’idéalisme est dans l’âme, et que c’est à force d’idéalité seulement qu’on reprend contact avec la réalité. »

 

Alors, la méditation du cœur, dans ce qu’elle a de magique, de mystérieux, de silencieusement actif, devient cette part de merveilleux dans notre vie, pour peu que l’on sache s’en servir et garder nos organes supra-sensoriels bien ouverts !

 

A suivre…

2 commentaires sur « Les petits hasards »

  1. Le hasard n’existe pas. Il est vrai qu’on s’émerveille de ce qu’on ne connait pas… mais l’inconnu peut aussi faire peur…
    Pour parvenir à l’idéalisme, je pense qu’il faut faire preuve d’un certain immatérialisme à condition d’avoir le minimum vital et un minimum de confort….
    Merci pour ce beau texte !
    Claudine

    J'aime

    1. Merci Claudine pour tous tes commentaires bienveillants, et navré de n’avoir pas vérifié mes possibilités de réponse !
      Pour l’inconnu qui peut faire peur, nous sommes là dans le domaine du fantastique, à distinguer du merveilleux. Bien sûr, notre premier soucis et devoir est de nous assurer le confort physique et matériel afin de nous en libérer le plus possible et de pouvoir orienter nos efforts vers une vie spirituelle enrichissante. Mon impression pour toi est que tu es bien plus stable émotionnellement, plus lumineuse aussi. la résolution de tes problèmes matériels s’en suivra automatiquement. N’hésite pas à te faire aider par des professionnels sérieux et conventionnés si tu en ressens le besoin et arme ton courage chaque jour pour entreprendre les actions positives qui te mèneront à la stabilité matérielle et affective.
      Je t’embrasse fraternellement,

      Yves

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s