La douleur (2)

 La douleur (2)

 

Je reprends mon propos sur la douleur, et je dois avouer que moi, tout cormoran que je suis, j’ai bien failli rester le bec dans l’eau ! Mais, lorsque je prélève une plume de ma robe et me mets à écrire, je sais que quelque chose m’inspirera forcément, si ce n’est quelqu’Un  ( vous remarquerez la majuscule ) qui, au fond de moi, murmurera dans mon cœur, pour peu que j’y prête attention. D’ailleurs, nous avons tous un « cœur murmurant », qui certes ne demande qu’à inspirer nos pensées, nos actions, nos vies ; tel est bien d’ailleurs le but ultime de notre méditation, vivre par le cœur, et non pas exclusivement par notre mental. Le mental est l’outil, le cœur doit devenir le Maître. Le mental est l’artisan, le cœur l’esprit.

… Mais au fait et la douleur ? Allez, on s’y recolle. J’espère en tout cas que vous pardonnerez à la forme fantaisiste que prend trop souvent ma plume, mais je suis ainsi fait que plus le sujet est grave, plus j’ai besoin de prendre de la distance et revêtir mes propos de légèreté, car j’ai la faiblesse de penser que la légèreté, l’humour peuvent être des armes efficaces contre la pesanteur.

3ème axiome

Si nous acceptons, au moins pour un moment, de cantonner notre propos à la douleur physique, une évidence nous vient à l’esprit : la douleur physique est un signal que quelque chose ne va pas, qu’il y a urgence à intervenir. Sans douleur physique, nous nous brûlerions, nous ne craindrions aucune bête féroce, et serions peu enclins à nous abriter des éléments hostiles de la nature. Pas plus que nous trouverions un intérêt à corriger nos «  passions tristes », nos actions négatives. Un fumeur aimerait bien pouvoir cesser de fumer et s’il y parvient un jour c’est le plus souvent par la peur de cette douleur physique qu’entraînerait une des maladies du tabagisme.

En tout état de cause, un distinguo s’impose entre douleur et souffrance, que nous pouvons définir comme la douleur de l’âme. Une douleur, si elle est inévitable et que nous parvenons à l’accepter ne génèrera pas ou que peu de souffrance. Ce que nous avons évoqué plus haut pour la douleur physique est aussi vrai pour certaines souffrances psychologiques que nous pouvons essayer d’éviter : cultivons des relations et des actions saines, résultant de pensées saines que l’expérience, l’éducation, ou même l’intuition toute primaire peuvent nous inspirer. Je vous suggère de parcourir un prochain article  « Action et méditation », et vous promet que là au moins vous ne trouverez trace de fantaisie ! Les stoïciens par exemple nous enseignent d’éviter si possible les plaisirs pour éviter la souffrance et atteindre à cette ataraxie qui fera notre salut… pas sûr que beaucoup soient prêts à souscrire à ces extrémités !

 4ème axiome

La douleur et la souffrance nous renforcent. Mais oui : une plante qui est obligée d’aller chercher profondément ses nutriments, son eau, se fortifie, sera plus résistante encore aux conditions hostiles auxquelles le climat, la nature risquent de l’exposer. Tous les botanistes vous le confirmeront.  De même c’est en ayant  vécu des douleurs et des souffrances, en ayant été capable de les traverser, de les surmonter, que se renforcent notre confiance  en nous-mêmes  et  notre aptitude à supporter les suivantes.

Ceci est vrai dans bien des domaines, l’immunité pour n’en citer qu’un : nos maladies infectieuses, pour inconfortables ou douloureuses qu’elles puissent être, ne sont là que pour renforcer notre immunité en stimulant la fabrication d’anticorps, de lymphocytes et autres petits amis. Sans rhinopharyngite saisonnière, peu d’immunité et risque accru de contracter une infection plus sévère encore. Merci la grippe !

 

 À suivre…

3 commentaires sur « La douleur (2) »

  1. Alors, que penses-tu des vaccins ? ce n’est pas naturel ! Les maux psychologiques qui reflètent un passé douloureux nous font avancer si on en n’est capable ou sont meurtrières, brisent des vies, pourquoi ? … Mes amitiés Claudine

    J'aime

    1. Les vaccins, je suis plutôt pour : ils ont permis tant de progrès… avec quelques cas très dommageables il est vrai mais je suis à peu près certain que la campagne anti vaccins actuelle est exagérée et que pour l’immense majorité des cas les vaccins sont salutaires. Ceux qui refusent les vaccinations profitent tout de même des vaccinations des autres…
      Pour répondre à ta question sur les douleurs, je n’ai pas encore terminé la rédaction de l’article ( voir 3ème volet ) et je tenterai quelques réponses sur le thème des souffrances dévastatrices… mais je n’ai pas forcément de réponse satisfaisante et définitive à apporter ! Bien amicalement, et merci de ta fidélité !

      Aimé par 1 personne

  2. Tres interessants ces deux chapitres sur la douleur. Je suis toujours epatee par la justesse des mots choisis, la profondeur du sens, mais aussi la concision. Chaque phrase est utile.
    On en ressort avec plus de questions qu’avant lecture, mais c’est une douleur qui a du sens 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s