Higgs et les champignons

Higgs et les champignons

 

La vie nous malmène parfois et tarit notre inspiration à écrire, partager, à communiquer. Il nous faut alors de longues semaines avant de pouvoir derechef chausser ses lunettes, ouvrir son ordinateur, et laisser s’ouvrir ainsi les canaux qui, dans notre cerveau, vont servir à alimenter et mettre en forme une réflexion, un propos.

Tout Cormoran que je suis, les vents et les marées ne m’épargnent pas, me secouent, me leurrent parfois, et si ce n’était la voix de mon cœur toujours présente, ces éléments naturels pourraient bien finir par avoir raison de ma volonté ! Mais pour chacun de nous la vie va comme elle peut. Voilà pourquoi, chers amis des Cormorans, ce silence de plusieurs mois. Mais insidieusement, lentement, le cœur reprend ses prérogatives et finit par nous imposer sa douceur, ses profondeurs d’amour et son optimisme. Il nous faut simplement être patient, confiant et accepter de lâcher prise, de se laisser surprendre.

Surpris je le fus lorsque, tout récemment, alors que je volais, indolent, entre deux vents, deux lassitudes, j’aperçus sur la grève mon ami Higgs… vous le connaissez, c’est ce fameux Chercheur qui a débusqué dans les subtilités de la matière un  bozon, cette « particule de Dieu » désignée tout récemment par la communauté scientifique la plus autorisée de la planète. Je vous l’avais d’ailleurs présenté dans un article «  Higgs, Dieu et la méditation » (article que vous pourriez peut-être relire…).

J’aperçus donc mon ami Higgs, en train de faire des dessins avec un bout de bois sur la plage déserte. Il était bien tôt ce matin-là et nous autres Cormorans, aimons à flâner entre deux hauteurs de falaise, et goûter les courants frais et purs du grand matin. D’ailleurs, je soupçonne Higgs de m’avoir, par la puissance de sa pensée, secrètement convoqué pour ce petit entretien matutinal. J’en ai été heureux car il y avait longtemps que je n’avais pas reçu sa parole passionnée mais concise, qui dévoile et explique si bien  les grands mystères de Mère-Nature.

Je m’approche, descends un peu plus : oui, c’est bien lui, sa crinière ébouriffée de savant insomniaque, son œil rivé à l’horizon, sa tranquille perplexité. C’est décidé, j’irai rendre visite un peu plus tard au Vieux Cormoran, mon grand-père,  qui doit tout juste s’éveiller sur son rocher. D’ailleurs, Higgs me fait signe – mais comment arrive-t-il à me reconnaître de si loin, moi qui ne suis qu’un cormoran parmi les autres ? Je descends encore, me pose, rentre les pattes, de mon long bec remets de l’ordre dans mon plumage, et m’installe tout près de lui. Je peux maintenant l’écouter et  profiter de son enseignement.

  • Le beau matin !
  • Coin !
  • Cet air frais !
  • Coin-coin !
  • Les champignons hallucinogènes, ça t’intéresse ? (Là, je suis resté sans voix car, un moment, j’ai bien cru qu’il voulait m’en vendre !) Parce que voilà, toi qui te préoccupes des états modifiés de conscience, tout comme  moi d’ailleurs, je voulais te parler de deux-trois choses à ce propos. Il s’agit d’une  étude scientifique toute récente, qui a porté sur un grand nombre d’individus, une étude des plus sérieuses. Voici : outre les effets délétères sur notre santé des champignons dits hallucinogènes (dépendance, perte du sens des réalités, baisse de l’élan vital…), les chercheurs se sont aperçus d’un effet positif.  Figure-toi que les consommateurs réguliers de ces substances présentent progressivement une bienveillance, un respect plus profonds de la Nature. Ce phénomène résulterait de l’effet « Grand-Bleu » qu’ils provoquent chez les consommateurs : sensation de perdre ses limites, de dissolution du corps physique dans un Grand Tout, d’Unité avec le cosmos, etc. A la longue, ces personnes se sentent plus proches de la nature, l’ayant vécue intérieurement en quelque  sorte, l’ayant ressentie dans leur conscience, et peut-être bien dans leur cœur. Ils ont pu ressentir la vie des arbres, des animaux,  des insectes  de l’intérieur, et quelque chose en eux s’en est trouvé transformé. Une fois sortis de leur transe, l’expérience leur laisse une trace, une impression qui a changé leur perception de la nature et de ses bienfaits. Le Grand Tout, l’Unité, le Cœur, ça ne te dit rien ?
  • Coin-coin-coin !
  • Voilà, c’est comme pour moi : ça me rappelle ce que je peux vivre pendant mes méditations quotidiennes. Et il y a une explication assez simple à cette sensation de dissolution du moi que tout méditant peut expérimenter. Cela vient de la mise au repos relatif de notre lobe pariétal pendant la méditation. Ne me demande pas si les cormorans ont un lobe pariétal dans leur cervelle, mais dans l’espèce humaine, celui-ci sert entre autres fonctions à contrôler notre schéma corporel, la sensation de notre corps, de ses limites. Lorsque nous méditons, pour notre plus grand plaisir, le lobe pariétal laisse la place à d’autres structures cérébrales qui elles gardent ou renforcent leur activité, comme la région préfrontale, siège de bien des fonctions cognitives qui nous sont indispensables (mémorisation, planification, créativité, résolution de problèmes…). Et tout cela de manière très naturelle, juste en fermant les yeux et en se laissant absorber par l’idée de la Lumière dans notre cœur, en se laissant guider par la merveilleuse Transmission yogique qui réveille en nous la nostalgie d’un paradis intérieur toujours disponible. Pas besoin de champignons ni de drogues, le cœur, juste le cœur !

 

Il est formidable mon ami Higgs, il sait faire cohabiter l’esprit scientifique le plus exigeant et les expériences spirituelles les plus profondes, indicibles, celles qui échappent aux mesures, aux mots. La Terre et le Ciel, c’est peut-être cela l’homme de demain.

 

 

***

3 commentaires sur « Higgs et les champignons »

  1. Un beau texte comme d’habitude qui exprime les bienfaits de la méditation… Il ne faudrait pas que des lecteurs aient envie de goûter « les champignons  » ! Bise Merci
    Claudine

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s